Overblog Follow this blog
Edit post Administration Create my blog

Sur les ondes, à la télé et dans la presse la dépense publique durant la dernière décennie est violemment décriée. Certains parlent de quatre cent milliards de dollars, d’autres de cinq cent et même de six cent milliards de dollars. Ces estimations avec tant d’écarts versent en cette période précise beaucoup plus dans une stratégie maladroite pour la conquête de gains électoraux aux présidentielles de 2014 qu’à la dénonciation du gaspillage.

Les médias qui répugnent à se taire avec toute la force du verbe simplement animés par le sens du devoir d’informer avec un grand professionnalisme sont ceux-là mêmes qui ont la charge morale de dévoiler toute la vérité sans parti pris, sans démagogie et sans « brossage ». J’avais écrit et accroché au mur de mon ex bureau à la S.T.P de Laghouat qu’ « un bon gestionnaire c’est comme un bon capitaine de navire qui conduit son équipage toujours à bon port ».

En plus éminent et immense la direction d’un Etat aussi grand et cerné par une multitude de conflits à ses frontières dans un contexte mondial très éprouvé par un séisme financier dévastateur il n’y a pas de droit à l’erreur car le destin de tout un peuple en est étroitement lié.

Commander c’est surtout prévoir que la nation survive aux hommes et aux gouvernements. Les reflexes de réparation si généreux et subtils soient-ils ont un effet éphémère et révèlent un sérieux handicap des administrations locales à accompagner de prés tous les problèmes et à pourvoir aux besoins des villes et des administrés.

Dans tout cela quelque chose vient cependant nous consoler ; cette fierté inébranlable des algériens à défendre à l’unisson leurs symboles comme de relever tous les défis pour peu que l’occasion leur en soit donnée. L’enthousiasme du public et son soutien indéfectible à l’équipe nationale de football qui défendra les couleurs nationales le 19 de ce mois sont un parfait exemple du nationalisme extraordinaire des algériens.

Mais quand les sciences qui assurent le vrai développement durable sont reléguées au dernier rang et que la raison dans toute sa rigueur ne parvient pas à freiner cette course insensée au prestige, à la somptuosité, à l’apparat et à toutes les voluptés grâce à la seule rente pétrolière, il y a tout lieu de craindre que l’émerveillement aux stupides choses improductives qui font surtout mal aux démunis ne fasse succomber presque tout le monde au chant des sirènes.

Par AMEUR MERZOUG

Tag(s) : #ARTICLES DE NOS AMIS

Share this post

Repost 0
To be informed of the latest articles, subscribe: